Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA)

Activités

Evènements

LE MINISTRE ENINAM MASSIA CHRISTIAN TRIMUA DES DROITS DE L’HOMME ET CHARGE DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE REND VISITE A LA HAUTE AUTORITE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET LES INFRACTIONS ASSIMILEES (HAPLUCIA)

Dans le cadre d’une tournée de prise de contact avec les institutions de la    République, le ministre des Droits de l’Homme et chargé des relations avec les institutions de la République a rendu visite ce jeudi 14 mars 2019 à la Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA). Arrivé aux environs de 16 heures, le Ministre a été accueilli par le président de la Haute Autorité suivi d’une séance de travail dans la grande salle de réunion de la HAPLUCIA. L’ensemble des membres de la Haute Autorité et du personnel ont pris part à cette rencontre. Dans son mot de bienvenue, le président de la Haute Autorité Essohana Wiyao s’est réjoui de la démarche du Ministre qui confirme l’engagement du gouvernement à soutenir sa jeune institution.  Monsieur Wiyao Essohana a saisi cette occasion, pour présenter brièvement l’institution qu’il dirige depuis plus de deux ans au ministre et faire le point des activités menées depuis son installation.  Répondant au président de la Haute Autorité, le Ministre Christian Trimua a à son tour, remercié les membres de la Haute Autorité et le personnel, pour l’accueil qui lui a été réservé. « Je suis venu vous transmettre les salutations du chef de l’Etat, du Premier Ministre et de l’ensemble du gouvernement, et vous rassurer que nous sommes sensibles au travail qui se fait à la Haute Autorité » a laissé entendre le Ministre Christian Trimua. Il s’est dit être intéressé par les activités de la Haute Autorité qui vont dans le sens de la bonne gouvernance voulue par les plus hautes autorités du pays. Revenant sur le lancement du PND effectué par le chef de l’Etat le 4 mars dernier, le Ministre a laissé entendre que le Togo doit faire preuve de bonne gouvernance et créer un environnement attractif pour que les partenaires soient intéressés pour accompagner les autorités dans la réalisation du Plan National de développement PND. Au-delà de la solidarité du gouvernement que le Ministre est venu apporter à la Haute Autorité, le ministre est venu écouter d’éventuelles difficultés auxquelles fait face la jeune institution afin de lui trouver des approches de solution pour son bon fonctionnement. Il a exhorté l’ensemble du personnel à être des modèles et à une conscience professionnelle. Il s’est dit disposé à apporter tout le soutien possible au nom du gouvernement à la Haute Autorité pour la réussite de sa mission.  Après ces échanges avec l’ensemble du personnel, le ministre a effectué une séance de travail à huit clos avec les sept membres de la Haute Autorité. La visite des locaux de la Haute Autorité a mis fin à cette séance de travail.

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET LES INFRACTIONS ASSIMILEES AU TOGO : HAPLUCIA SENSIBILISE LES CADRES DES MINISTERES ET ORGANISMES PUBLICS

Après le corps judiciaire le 7 mars dernier, la Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées a organisé ce mardi 12 mars 2019 à Lomé, un atelier de sensibilisation à l’endroit des représentants des ministères et organismes publics à caractère commercial, économique, financier et industriel autour du thème, « la participation citoyenne à la lutte contre la corruption et les infractions assimilées »Cet atelier se situe dans le cadre de la campagne nationale de sensibilisation sur la corruption et les infractions assimilées initiée par la Haute Autorité.

L’objectif de cet atelier est de faire tout d’abord l’Etat des lieux de la corruption dans les différents ministères et organismes publics, et d’amener ces acteurs, à lutter contre la corruption et les infractions assimilées dans leurs différents services.

La cérémonie d’ouverture a été marqué par deux interventions : Le mot de bienvenue du président de la Haute Autorité, Essohana Wiyao, et le discours du directeur de cabinet du ministère de l’économie et des finances Kossi Tofio.

Dans son intervention, le président de la Haute Autorité, Essohana Wiyao a laissé entendre qu’en ce qui concerne les actes de corruption, et les infractions assimilées, son institution a reçu pour mission, de recueillir les plaintes et les dénonciations, de les étayer, et les documenter avant de les transmettre au procureur de la République, qui engage les poursuites.  Pour lui, « le plan national de développement (PND) 2018-2022 d’un coût d’environ 4.6622 milliards lancé le 4 mars dernier, nous recommande de nous comporter plus que jamais comme de véritables acteurs de développement de notre pays. Ainsi, la bonne collecte des recettes et la bonne gestion des deniers publics devraient inspirer et guider nos pas et nos actions quotidiennes ».

Le représentant du Ministre de l’économie et des finances, M Kossi Tofio a dans son discours rappelé que « la corruption constitue un frein aux investissements étrangers, au développement socio-économique, un obstacle à la démocratie et à la cohésion sociale des pays ».

Les participants ont suivi les présentations sur les missions de la Haute Autorité, l’état des lieux de la corruption et des infraction assimilées au Togo, la problématique de la corruption dans les finances publiques et les marchés publics au Togo. Les communications ont porté aussi sur les activités de la commission anticorruption de l’Office Togolais des Recette et de la répression des actes de corruption et les infractions assimilées. L’assistance a été également édifié à travers un exemple de contrôle interne à l’Inspection Générale du Trésor et un autre exemple de contrôle interne et de lutte contre la corruption à l’OTR.    

La bonne gouvernance passe aussi par les sensibilisations, raison pour laquelle le président de la Haute Autorité, en clôturant les travaux de cet atelier s’est réjoui de la mobilisation observée pour cet atelier, et a exhorté les participants à jouer leur partition dans leurs différents services afin d’éradiquer ce phénomène qui freine le développement de notre pays.

LES FEMMES DE LA HAUTE AUTORITE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET LES INFRACTIONS ASSIMILEES (HAPLUCIA) ONT CELEBRE POUR LA PREMIERE FOIS LA JOURNEE INTERNATIONALE DES FEMMES

La communauté internationale a célébré, le vendredi 8 mars 2019, la 42ème   Edition de la journée internationale des Femmes. Au Togo comme partout ailleurs, l’évènement a été marqué par des causeries débats et réjouissance populaires dans les différents services. Pour marquer cette journée, les femmes de la Haute Autorité, ont organisé une journée de partage entre tous les membres et le personnel d’appui de la HAPLUCIA.  Après avoir remercié les membres de la Haute Autorité et l’ensemble du personnel pour leur adhésion à cette célébration, la porte-parole des femmes de la Haute Autorité Madame Ayena Akossiwa a fait une brève historique de la célébration de cette journée en ces termes : « la journée internationale de la femme puise sa source dans les combats menés par les ouvrières pour réclamer leurs droits à l’aube du 20ème siècle pour réclamer de meilleures conditions de travail ». Pour Madame Ayena Akossiwa « lorsque les femmes de tous les continents souvent divisés par les frontières nationales et par des différences ethniques, linguistiques, culturelles, économiques et politiques se réunissent pour célébrer leur journée, elles peuvent en jetant un regard en arrière, remarquer qu’il s’agit d’une tradition représentant au moins 40 ans de lutte pour l’égalité, la justice, la paix et le développement ».

Le thème retenu pour la célébration de cette journée au Togo est intitulé : « Femme et gouvernance locale ». Se joignant au thème de la journée, les femmes de la Haute Autorité disent être prêtes à défendre toujours leur droit pour mieux exercer leur devoir. Pour madame Ayena Akossiwa, « le climat de travail à la Haute Autorité ne doit pas souffrir d’obstacles ou de difficultés majeurs, nous contribuons à notre manière aux objectifs de la HAPLUCIA. Combattons la corruption, disons non à la corruption, Tolérance Zéro à la corruption ». A laisser entendre la porte-parole des femmes de la Haute Autorité.

Répondant à l’intervention de la porte-parole des femmes de la Haute Autorité, le président de cette jeune institution Essohana Wiyao, les a félicités pour leur contribution à l’avancement de son institution. « Vous faites notre fierté, et la fierté du pays. Je vous félicite et je suis fier de vous. Nous allons œuvrer pour le respect de vos droits et pour l’amélioration de vos conditions de travail et de vie, afin que vous puissiez apporter votre pierre pour la réussite de notre mission » a laissé entendre M Essohana Wiyao.

A travers la journée du 8 mars, les femmes de la Haute Autorité, veulent donner l’exemple de femmes travailleuses, infatigables, dynamiques, cherchant toujours l’Excellence.

C’est autour d’un repas partagé qu’ont pris fin, les manifestations de la journée internationale de la femme, Edition 2019, à la Haute Autorité.

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION AU TOGO : HAPLUCIA SENSIBILISE LE CORPS JUDICIAIRE

La Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées a rencontré ce jeudi 07 mars à Lomé, le corps judiciaire. Cette rencontre se situe dans le cadre de la campagne nationale de lutte contre la corruption initiée par la Haute Autorité depuis septembre 2018 autour du thème, « participation citoyenne à la lutte contre la corruption et les infractions assimilées ». Elle s’est tenue à l’Hôtel Ecole LEBENIN (ancien Hôtel IBIS de Lomé).

Dans son mot de bienvenue, le président de la Haute Autorité M. Essohana Wiyao a indiqué que la corruption est l’une des principales causes des mauvais résultats économiques, un obstacle à l’atténuation de la pauvreté. « Dans la croisade nationale et internationale contre ce mal insidieux, l’institution judiciaire a une responsabilité essentielle à assumer.  Le défi consiste donc à faire un ménage du système judiciaire, afin de chasser toute trace de corruption, pour en faire un outil efficace de lutte contre elle ». A-t-il martelé.  Dans ces conditions, le professionnel de la justice doit œuvrer pour être « un médecin des maladies de la société ». A-t-il ajouté.

A l’ouverture des travaux, le garde des Sceaux, ministre de la justice, Pius Agbetome a rappelé que la corruption est un mal qui n’épargne aucun Etat, même les plus développés.  Ces conséquences désastreuses ne sont plus à démontrer, a-t-il dit, soulignant que « la corruption est un péril pour la paix et la sécurité, un frein à la démocratie et au développement ».

Le garde des Sceaux a salué la mobilisation de la communauté internationale contre ce cancer des temps modernes des économies. Une mobilisation traduite par l’adoption de la Convention de l’Union Africaine sur la prévention et la lutte contre ce mal de société, ainsi que le Protocole de la CEDEAO sur la lutte contre ce fléau. « Le Togo, notre pays, n’est pas en marge de cet élan mondial de lutte contre la corruption ». La bonne collecte et le bon usage des deniers publics sont au cœur de l’action gouvernementale. « Aussi, après avoir ratifié les instruments juridiques internationaux, le Togo s’est-il engagé posément, mais sûrement, dans le processus d’implémentation des mesures pertinentes, visant à combattre efficacement la corruption ». A souligné le garde des Sceaux ministre de la justice. Notons que la justice, les finances, et les marchés publics ont été les   chantiers prioritaires ayant bénéficié d’une règlementation.

Les participants ont été éclairé sur les missions de la Haute Autorité, l’état des lieux de la corruption et des infractions assimilées au Togo, la problématique de la corruption judicaire, les instruments juridiques internationaux de lutte contre la corruption, la répression des actes de corruption par le nouveau code pénal. Le corps judiciaire est donc appelé désormais à s’impliquer davantage dans la lutte contre la corruption qui gangrène et sape les économies des Etats.

HAPLUCIA : LES DIFFERENTS CORPS DE CONTROLE RENFORCENT LEUR CAPACITE EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET LES INFRACTIONS ASSIMILEES

La Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées poursuit sa campagne nationale de sensibilisation et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées.  Le mardi 5 mars 2019, la Haute Autorité a rencontré à Lomé, les responsables d’organes étatiques, de contrôle, de régulation, de prévention et de lutte contre la corruption. L’objectif est de permettre aux représentants de ces institutions, et organes de contrôle, de renforcer leur collaboration en vue de l’atteinte de l’objectif commun, notamment la bonne gouvernance économique au Togo.

La cérémonie a été ouverte par le président de la Haute Autorité M. Wiyao Essohana, qui a rappelé aux participants que cette campagne conduira son institution, dans tous les chefs-lieux de régions et préfectures. Pour Monsieur Wiyao Essohana, « qui se ressemble s’assemble, dit la sagesse universelle. Nous avons en effet reçu respectivement des missions similaires ou complémentaires. L’objectif de la présente rencontre est alors de nous connaitre davantage, partager nos expériences, nos difficultés, nos succès et nos échecs afin de nous enrichir réciproquement. Nous pourrons aussi formuler des recommandations à l’endroit des décideurs en vue de l’amélioration de nos conditions de vie et de travail ».

Différentes thématiques ont été abordées au cours de cet atelier notamment, la présentation de  la Haute Autorité de prévention et de lutte  contre  la corruption et les infractions assimilées, l’arsenal juridique et missions  essentielles de la cour des comptes, l’arsenal juridique et missions essentielles de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP), arsenal juridique et missions  essentielles de la Direction Nationale de Contrôle de Marchés Publics (DNCMP), arsenal juridique et missions essentielles de la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières (CENTIF), arsenal juridique et missions essentielles de l’Initiative pour la Transparence dans les  Industries Extractives (ITIE) , arsenal Juridique et missions essentielles de l’Office Central de Répression  du Traffic illicite des Drogues et du blanchiment (OCRTIDB),  arsenal juridique et mission essentiel de l’Inspection Générale des services  juridictionnelles et pénitentiaires (IGSJ), arsenal juridique et missions de l’Inspection Générale d’Etat (IGE) arsenal juridique et missions de l’Inspection Générale des Finances (IGF), arsenal juridique et missions essentielles de l’Inspection Générale du Trésor (IGT). 

C’est autour de ces différentes thématiques que les participants ont échangé et partagé leur expérience en vue de lutter efficacement contre le phénomène de la corruption qui freine le développement du pays.

Rappelons que cette campage vise un double objectif, à savoir, d'une  part« la conscientisation et la mobilisation des citoyens contre le fléau de la corruption et les infractions assimilées » et d'autre part, inaugurer une ère « de tolérance Zéro » à l'égard des actes de corruption et infractions assimilées.

Conférences

Projets

 

Les projets prioritaires de la HAPLUCIA sont nombreux et variés. Entre autres :  

 

  • Elaboration d’un plan stratégique national de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées ;
  • Adoption d’une politique de formation des agents de l’administration publique et du secteur privé ;
  • Plaidoyer pour l’effectivité de la disposition du décret n°2011-178/PR du 7 décembre 2011 fixant les principes généraux d’organisation des départements ministériels, relative à la nomination d’un inspecteur des services dans chaque ministère ;
  • Plaidoyer pour l’affichage des tarifications des prestations de services dans l’administration publique ;
  • Promotion d’un système de gouvernance qui prévient les conflits d’intérêts, l’enrichissement illicite, les détournements de biens publics, les trafics d’influence, la concussion, bref tout acte de corruption et des infractions assimilées ;
  • Elaboration et adoption d’une loi préventive de lutte contre la corruption et les infractions assimilées ;
  • Elaboration d’un code de bonne conduite de la fonction publique pour rendre effectif le système national d’intégrité ;