Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA)

Activités

Evènements

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION / HAPLUCIA VALIDE SON PLAN STRATEGIQUE 2019-2023

La Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA) a validé le jeudi 7 février 2019 au cours d’un atelier à Lomé, son plan stratégique 2019-2023. Cet atelier a été une occasion pour les membres de la Haute Autorité, de présenter le contenu de leur plan stratégique aux partenaires techniques et financiers, et aux divers acteurs engagés dans la lutte contre le phénomène de la corruption, de recueillir leurs apports et suggestions en vue de le parfaire et de le valider.

Dans son mot introductif, le Président de la HAPLUCIA, Essohana Wiyao a d’abord rappelé la mission de son institution à savoir la prévention et la lutte contre la corruption et les infractions assimilées avant d’énumérer les actions menées en 2018. Il s’agit, entre autres, de la mise en place du cadre de coordination et de concertation des acteurs de lutte pour la bonne gouvernance économique et financière au Togo et de la campagne nationale de sensibilisation en cours d’exécution. « La Haute Autorité va finaliser l’élaboration de l’avant-projet de loi cadre portant prévention et lutte contre la corruption et les infractions assimilées ; lancer le chantier de l’élaboration de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées ; élaborer des modules à introduire dans le cursus scolaire et universitaire et lutter contre l’impunité des actes de corruption et infractions assimilées », a précisé M. Wiyao.

Le représentant de la Cheffe de la Délégation de l’Union européenne au Togo Frédéric Varenne a dans son intervention, reconnu que «la lutte contre la corruption est en effet devenu un enjeu global. Par sa dimension transnationale et par son caractère transversal, la corruption est une menace grave qui pèse non seulement sur le développement, mais aussi sur l’Etat de droit, sur la sécurité et la stabilité des Etats ».

L’union européenne a au cour de cet atelier réitéré son soutien au Togo qui a adhéré aux recommandations de la convention des Nations Unies à Mérida en la ratifiant en 2005. Parlant du plan stratégique de la Haute Autorité, le représentant de la Cheffe de la Délégation de l’Union européenne est revenu sur les grands chantiers de ce plan stratégique avant d’exhorter l’ensemble des partenaires à soutenir la HAPLUCIA dans sa mise en œuvre.

Dans son discours d’ouverture, la Ministre de la Planification du Développement et de la Coopération, Mme Demba Tignokpa a fait savoir que la corruption est une source principale de financement du crime organisé, du terrorisme et de l’extrémisme religieux et constitue une sérieuse menace pour la stabilité et la sécurité des sociétés. Pour elle, c’est pour lutter contre ce fléau que le Togo a créé en mars 2001, la Commission nationale de lutte contre la corruption et le sabotage économique ainsi que d’autres organes à l’instar de la Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF) et la HAPLUCIA. La Ministre a salué les efforts de la Haute Autorité qui est une référence dans la sous-région puis exprimé sa gratitude à l’Union européenne dont l’appui technique et financier a permis l’élaboration de ce plan puis invité les uns et les autres à accompagner sa mise en œuvre effective. 

C’est le Président de la Haute Autorité Essohana Wiyao qui a présenté le contenu de ce plan stratégique aux représentants des partenaires techniques et financiers et aux participants. Ce plan stratégique est structuré en trois axes notamment le renforcement des capacités institutionnelles, et opérationnelles de la Haute Autorité (Axe1) ; le développement des capacités d’intervention de la Haute Autorité en matière de prévention et de lutte contre la corruption (Axe2) puis la promotion de la coopération en matière de prévention et de lutte contre la corruption (Axe3). La mise en œuvre de ce document permettra le renforcement des capacités organisationnelle, opérationnelle et managériale de l’institution afin qu’elle puisse remplir efficacement sa mission. Plusieurs chantiers sont prévus dans ce plan stratégique, entre autres, la mise à jour du cadre juridique et institutionnel de lutte contre la corruption ; l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie nationale de lutte contre la corruption ou encore la mobilisation et l’implication de la population. Cette rencontre a également permis à la Haute Autorité de faire le bilan des activités menées depuis sa mise en place et de dévoiler ses perspectives. Des questions suivies d’un débat général ont mis fin à cette rencontre.

TOGO/HAPLUCIA : LES JOURNALISTES DE LA PRESSE PRIVEE ET PUBLIQUE A L’ECOLE DE LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET LES INFRACTIONS ASSIMILEES


La Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA) a poursuivi ce vendredi 1er février 2019 à Lomé, sa campagne nationale de sensibilisation contre la corruption et les infractions assimilées. Ce 3ème atelier qui fait suite à celui organisé le 7 janvier dernier à l’intention des acteurs du secteur privé, a rassemblé les journalistes de la presse publique et privée autour du thème « Participation citoyenne à la lutte contre la corruption et les infractions assimilées ». L’objectif poursuivi est de conscientiser et de mobiliser les professionnels des médias d’Etat et des médias privés contre ce fléau de la corruption. Deux interventions ont marqué la cérémonie d’ouverture de cet atelier : le mot de bienvenu du Président de la HAPLUCIA, M. Wiyao Essohana et le discours d’ouverture des travaux du tout nouveau Ministre de la Communication, des Sports et de l’Education à la Citoyenneté et au civisme Foli-Bazi Katari.

Dans son intervention, le Président de la Haute Autorité a rappelé les principales missions de son institution que sont la prévention et la répression des actes de corruptions et les infractions assimilées. Concernant la prévention, à l’endroit des journalistes, le Président de la Haute Autorité a déclaré : « puisque vous remplissez le rôle traditionnel et classique d’information et d’éducation des citoyens, vous êtes alors nos partenaires de premier rang pour l’accomplissement de notre mission de prévention de la corruption ». S’agissant de la mission de répression, des actes de corruption et des infractions assimilées, le Président de la Haute Autorité   dit militer pour un journalisme d’investigation dans notre pays le Togo. Pour lui, « le présent atelier est donc destiné, non seulement au renforcement de vos capacités intellectuelles et opérationnelles, mais aussi à lancer les bases d’une collaboration fructueuse entre vous et nous dans le combat citoyen contre le phénomène cancéreux de la corruption ».

Le nouveau Ministre de la Communication des Sports et de l’Education à la Citoyenneté et au Civisme Foli-bazi Katari a salué la mobilisation des journalistes autour du phénomène de la corruption. Pour lui, la création de la HAPLUCIA, confirme la volonté des plus hautes autorités de notre pays, de lutter sans merci contre le phénomène cancéreux de la corruption. Parlant de l’objectif principal de l’atelier, le Ministre Foli-bazi Katari a souligné que cette rencontre vise à permettre aux participants de « remplir sereinement et efficacement leur rôle traditionnel d’informateur, d’éducateur, et d’éveilleurs en vue, non seulement d’une prise de conscience collective, mais aussi de mobilisation des citoyens contre tous les fléaux qui menacent la race humaine, la corruption notamment ».

Les communications ont porté sur cinq thématiques  : La présentation de la Haute Autorité (1), la problématique de la corruption dans les médias au Togo (2), à la découverte du protocole  de la CEDEAO et des conventions des Nations Unies et de l’Union Africaine sur la prévention et de lutte contre la corruption(3), la répression des actes de corruption et des infractions assimilées dans le nouveau code pénal togolais(4), le cadre législatif et institutionnel de l’exercice de la liberté de presse et de la communication et le droit d’accès à l’information et à la documentation publique (5).

Les débats autour de ces thématiques ont permis aux journalistes de se faire une idée des manifestations de la corruption dans nos sociétés, et des instruments juridiques internationaux et nationaux mis en place pour venir à bout de ce phénomène. C’est le Président de la Haute Autorité Essohana Wiyao qui a clôturé les travaux de l’atelier. Il a en particulier exhorté les journalistes à se joindre à son institution à travers leur travail, afin de lutter efficacement contre ce phénomène qui met à mal notre économie et freine le développement de notre pays.

LA HAPLUCIA SENSIBILISE LES ACTEURS DU SECTEUR PRIVE SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET LES INFRACTIONS ASSIIMILEES

La Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA) a poursuivi le jeudi 17 janvier 2019 à Lomé, ses activités de sensibilisation contre la corruption et les infractions assimilées. Après la rencontre avec les Organisations de la société civile (OSC) le 22 novembre 2018, c’est le tour des acteurs du secteur privé d’aller à l’école de la lutte contre la corruption autour du thème, « participation citoyenne à la lutte contre la Corruption et les infractions assimilées ». Thème central de la campagne nationale lancée le 13 septembre 2018.

CEREMONIE D’OUVERTURE

Trois interventions ont marqué la cérémonie d’ouverture de cet atelier : L’intervention du Président de la Haute Autorité M. Essohana Wiyao, celle du deuxième vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie du Togo (CCIT) M. Glé Kossi Ametépé, et le discours d’ouverture des travaux par Madame la Ministre du commerce et de la promotion du secteur privé, Bernadette Essossimna Légzim-Balouki.

 Le Président de la Haute Autorité a dans son mot introductif, remercié les hommes d’affaires pour leur forte mobilisation à cette rencontre. Il a relevé, la gravité des problèmes que posent la corruption et les infractions assimilées dans nos sociétés. Pour lui, les années 2000 marquent, le point de départ d’une prise de conscience collective contre ce fléau avec l’adoption des mesures sur le plan mondial, régional et sous régional. Parlant des effets de la corruption, M Essohana Wiyao a indiqué que « les entreprises étrangères évitent les pays où le niveau de corruption est élevé. Elles sont plutôt attirées par les pays où les indicateurs de bonne gouvernance sont bons, à savoir, l’Etat de droit, le contrôle de la corruption, la qualité de la régulation » ; raison pour laquelle il invite les hommes d’affaire à s’engager dans le combat contre le cancer de la corruption. Le représentant de la Chambre de commerce et d’industrie du Togo Gle Kossi Ametépé a dans son intervention, reconnu que le secteur privé togolais souffre de la perpétuation des pratiques malsaines généralement complexes et mises en œuvre dans un contexte économique difficile. Il a donc promis « une collaboration avec les autorités nationales ainsi qu’avec toutes les institutions et services chargés des enquêtes, des questions d’intégrité et de conformités pour la restructuration de notre tissu économique et le développement des bonnes pratiques et mœurs, afin de s’assurer qu’il n’y ait un nivellement par le bas et à tous les niveaux en matière d’intégrité ».

 Dans son discours d’ouverture, la Ministre du commerce et de la promotion du secteur privé Madame Bernadette Essossimna Légzim-Balouki a relevé les efforts du chef de l’Etat togolais, son Excellence Monsieur Faure Essossimna Gnassingbé et de son gouvernement en matière de lutte contre la corruption. Les efforts qui ont conduit à la mise en place de différentes structures pour l’assainissement des finances publiques dont la Haute Autorité.  Pour la Ministre du commerce, « la Haute Autorité ne peut à elle seule mener le combat contre la corruption. L’implication de tous les acteurs s’avère donc indispensable ». Le rôle du secteur privé au Togo n’est plus à démontrer. Tous les efforts consentis par le gouvernement ont permis au secteur privé de contribuer de façon significative à la création des emplois, à la croissance économique, à la réduction de la pauvreté et au développement du pays.

THEMATIQUES DE L’ATELIER

Sept thématiques étaient au centre des échanges de cette rencontre avec les hommes d’affaires du Togo :

 Présentation de la Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées, Etats des lieux de la corruption et les infractions assimilées au Togo: Typologie, manifestations, causes et conséquences, la découverte du protocole de la CEDEAO et des conventions des Nations Unies et de l’Union Africaine sur la prévention et la lutte  contre la corruption, la répression des actes de corruption et des infractions assimilées dans le nouveau code pénal togolais, la perception de la corruption par le monde des affaires au Togo et les propositions du secteur privé pour maîtriser le phénomène, le cadre législatif et institutionnel de l’expertise des affaires au Togo, et les réformes réalisées par notre pays pour améliorer le climat des affaires.

Les échanges autour de ces différentes thématiques, ont permis aux participants, de découvrir non seulement la Haute Autorité et ses missions, mais surtout de se faire une idée des enjeux de la lutte contre la corruption afin d’apporter leur contribution à la lutte contre ce phénomène qui met à mal l’économie nationale. C’est le Président de la Haute Autorité, Essohana Wiyao qui a clôturé les travaux de cet atelier en invitant l’ensemble des opérateurs économiques à une franche collaboration avec l’institution qu’il dirige, afin de mener à bien le combat contre la corruption. Les hommes de médias seront sensibilisés sur la même thématique relative à cette campagne nationale de sensibilisation contre la corruption, le 1er février 2019 à Lomé.

HAPLUCIA : PRESENTATION DES VŒUX DE NOUVEL AN DES MEMBRES ET DU PERSONNEL AU PRESIDENT DE L’INSTITUTION, MONSIEUR ESSOHANA WIYAO

A l’orée de la nouvelle année 2019, et comme il est de coutume dans les entreprises et administrations publiques, les membres de la Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA) et le personnel de cette jeune institution de la République Togolaise ont organisé le vendredi 4 janvier 2019, une cérémonie de présentation de vœux de nouvel an à l’endroit de leur Président M. Essohana Wiyao. Cette cérémonie a eu lieu dans les locaux de la HAPLUCIA à Kégué. A cette occasion, le secrétaire permanent par intérim et porte-parole du personnel, M. Kaï Kondabalo, a souhaité au Président Essohana Wiyao, à ses collaborateurs ainsi qu’à leurs familles respectives, les vœux de santé de paix et de prospérité pour le compte de cette nouvelle année 2019.

Tout en exprimant sa reconnaissance au Président de la HAPLUCIA pour son engagement en faveur de la lutte contre la corruption, le porte-parole du personnel a reconnu avec humilité « qu’en deux ans d’existence, la Haute Autorité, sous l’impulsion du Président Essohana Wiyao, contribue déjà au renforcement de la bonne gouvernance au Togo et le hisse au rang des pays résolument engagés dans la voie de la lutte contre la corruption ». C’est pour consolider ces acquis et permettre à la HAPLUCIA de contribuer à travers ses missions à la bonne gouvernance et au renforcement de la démocratie au Togo, que le porte-parole du personnel de la HAPLUCIA a émis le vœu que le programme de renforcement des capacités des membres et du personnel soit inscrit parmi les priorités dans le cadre de la mise en œuvre du plan stratégique de la HAPLUCIA, en cours d’élaboration.

Il a promis l’entière disponibilité du personnel technique et d’appui à travailler aux côtés du Président de la HAPLUCIA et de ses collaborateurs, avec assiduité et promptitude.


LES VŒUX DU PRESIDENT ESSOHANA WIYAO

Le Président de la HAPLUCIA Essohana Wiyao a quant à lui, accepté les vœux que lui a formulé l’ensemble du personnel par la voix de son porte-parole. Pour le Président Essohana Wiyao, la présentation des vœux est une cérémonie dont l’importance solennelle n’est plus à démontrer. Après avoir remercié ses collaborateurs et l’ensemble du personnel pour l’initiative, le Président Essohana Wiyao a formulé les mêmes vœux de santé, de paix et de prospérité à tous. Il a souhaité que le bon sens guide tout le personnel de la HAPLUCIA afin que leurs efforts soient couronnés de succès pour le bien de l’institution. Pour lui «2018 a été une année d’opérationnalisation de la HAPLUCIA. L’année 2019 sera une année de visibilité, de dévouement, du patriotisme, de discipline pour réussir ensemble les missions qui nous sont assignées ». Il a pour terminer, insisté sur l’importance de la cohésion, du respect de la hiérarchie et de la discrétion, qualités sine qua non au bon fonctionnement de la HAPLUCIA. 

CELEBRATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : LA HAPLUCIA FAIT L’ETAT DE LA SITUATION AU TOGO

La communauté internationale a célébré pour la 15ème fois, le dimanche 9 décembre 2018, la journée internationale de lutte contre la corruption. Au Togo, cette journée a été célébrée en différé le lundi 10 décembre 2018 par la Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées en collaboration avec les organes de contrôle et de régulation et les Organisations de la Société Civile (OSC). Placée sous le thème, « Unis contre la corruption pour le développement, la paix et la sécurité », cette journée d’échanges a été présidée par Mme Tchemi M’mah rapporteuse, représentant le Président de la HAPLUCIA à cette cérémonie.

Mme Tchemi M’mah a précisé dans son mot d’ouverture que la Convention des Nations Unies contre la corruption adoptée à New York, le 31 octobre 2003 par L’Assemblée générale des Nations unies, ratifiée par 186 pays dont le Togo, est un bréviaire universel des outils et des mécanismes à la disposition des différents acteurs de lutte contre la corruption. Elle contient selon elle, les dispositions les plus pertinentes pour prévenir et réprimer efficacement les actes de corruption sous toutes les formes.   

« C’est cette date mémorable de la signature de la Convention de Mérida que nous célébrons aujourd’hui, avec un jour de décalage puisque le 9 décembre est tombé sur un dimanche », a relevé Mme Tchemi M’mah. Le représentant-résident du Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) par intérim Mactar Fall a saisi cette occasion pour relayer le message du Secrétaire général des Nations unies à l’assistance. « La corruption est présente dans tous les pays, riches, et pauvres, du Nord et du sud. C’est une atteinte aux valeurs des Nations unies. Elle prive les Sociétés des écoles, des hôpitaux, et d’autres services vitaux, éloigne les investisseurs étrangers et dépouille les nations de leurs ressources naturelles » écrit le Secrétaire général des Nations Unies. « Elle porte atteinte à la légalité et encourage des crimes tels que le trafic illicite de personne, de drogue et d’armes. L’Evasion fiscale, le blanchiment d’argent et d’autres flux illicites, détourne des ressources indispensables pour le développement durable ». A-t-il ajouté.

Le contact national de Transparency international, M. Ebeh Kodjo, le représentant de la délégation de l’Union européenne (UE) au Togo, M. Bouasy Bouavan et le responsable pays de la Banque africaine et de développement Georges Bohoussou ont souligné que l’objectif de développement durable n° 16 et ses cibles offrent également un modèle d’action. Ils se sont engagés à aider le gouvernement togolais dans sa lutte contre la corruption. Les participants issus de toutes les couches socio-professionnelles ont suivi deux communications : « L’état des lieux de la corruption et les infractions assimilées au Togo » et le « résumé des activités phares de la HAPLUCIA ».

La communication sur l’état des lieux de la corruption et les infractions assimilées au Togo a été présentée par M. Kataro Abalo de la Ligue des Indépendants pour la Transparence (LIT). Dans son exposé celui-ci a relevé que la corruption est un mal insidieux dont les effets sont aussi multiples et délétères. Elle sape la démocratie et l’état de droit, entraine les violations des droits de l’Homme, fausse le jeu des marchés, nuit à la qualité de la vie et crée un terrain propice à la criminalité organisée, au terrorisme et d’autres phénomènes qui menacent l’humanité. C’est pourquoi une implication et une action décisive des pouvoirs publics, du secteur privé, de la société civile et de tous s’avèrent plus nécessaire.

« La présente célébration de la journée internationale de lutte contre la corruption qui s’inscrit dans cette optique doit ainsi être saluée et nous devons féliciter les responsables de la HAPLUCIA pour avoir cherché et mis en œuvre des moyens de sa manifestation et aussi avoir réussi à mobiliser de si nombreuses personnes, de différents profils, à cette occasion », a-t-il indiqué.

 La deuxième communication a été faite par Mme Tchémi M’mah. Elle a dans son exposé, présenté le rapport des activités essentielles de la HAPLUCIA aux participants. Ce rapport tourne autour des activités menées sur le plan national et international de même que les perspectives d’avenir. Les débats autour de ces exposés ont permis aux participants de découvrir non seulement les efforts que le gouvernement togolais et ses partenaires mènent en matière de lutte contre la corruption, mais aussi de renforcer leur connaissance en matière de lutte contre ce fléau. C’est autour d’un cocktail que la célébration de la journée internationale de la lutte contre la corruption Edition 2018 a pris fin dans une ambiance conviviale.

Conférences

Projets

 

Les projets prioritaires de la HAPLUCIA sont nombreux et variés. Entre autres :  

 

  • Elaboration d’un plan stratégique national de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées ;
  • Adoption d’une politique de formation des agents de l’administration publique et du secteur privé ;
  • Plaidoyer pour l’effectivité de la disposition du décret n°2011-178/PR du 7 décembre 2011 fixant les principes généraux d’organisation des départements ministériels, relative à la nomination d’un inspecteur des services dans chaque ministère ;
  • Plaidoyer pour l’affichage des tarifications des prestations de services dans l’administration publique ;
  • Promotion d’un système de gouvernance qui prévient les conflits d’intérêts, l’enrichissement illicite, les détournements de biens publics, les trafics d’influence, la concussion, bref tout acte de corruption et des infractions assimilées ;
  • Elaboration et adoption d’une loi préventive de lutte contre la corruption et les infractions assimilées ;
  • Elaboration d’un code de bonne conduite de la fonction publique pour rendre effectif le système national d’intégrité ;